GuidEnR > Des mesures communes au fret et aux voyageurs : TIC et nouveaux matériaux  
LE BLOG GUIDENR
Conseils pratiques

 

 Actualités :  


LES CLES DU DIMENSIONNEMENT

Ouvrages en commande
Photovoltaïque autonome

Photovoltaïque raccordé au réseau




Des mesures communes au fret et aux voyageurs : TIC et nouveaux matériaux


Les technologies de l’information et de la communication


Pour le fret, certaines technologies permettent d’optimiser l’intermodalité, d’autres d’optimiser les infrastructures ferroviaires. Les TIC ont la particularité d’agir sur les deux aspects, de manière importante et à un coût peu élevé. Elles permettent l’optimisation du remplissage du vecteur de transport par la mise en oeuvre d’une logique collaborative visant à faciliter l’accès de petits transporteurs à l’intermodalité ainsi que par le développement de systèmes de réservation de places dans les trains de fret (avec des modalités de tarifications dynamiques). Les TIC améliorent également la qualité du service ferroviaire (notamment en délivrant en temps réel des estimations de l’heure d’arrivée des trains : ETA), mais aussi la rapidité de la prise de décision dans la gestion des systèmes ferroviaires complexes (assistance à la prise de décision), et enfin le partage d’informations (pour les entreprises de fret à des fins techniques ou commerciales).



De grands progrès devraient intervenir dans ce domaine notamment grâce à la croissance continue des vitesses de calcul. Les impacts seront également très positifs sur la gestion de l’infrastructure, sur la gestion de la circulation des mobiles et sur la maîtrise des coûts de maintenance.

Par ailleurs, de manière plus générale (pour le fret et le transport de voyageurs), une technique de relais au sol à haut débit qui permettrait aux trains de se situer les uns par rapport aux autres en temps réel pourrait être mise en place. Cela représenterait un moyen de pallier au retard pris par le développement du système européen ERTMS de niveau 3, que beaucoup considèrent comme trop cher. Cela conduirait ainsi à une augmentation de la capacité sur le réseau et améliorerait la ponctualité des trains de voyageurs et de marchandises (facteur essentiel de choix de ce mode de transport). ERRAC propose d’ailleurs comme objectif à la Commission européenne un taux de ponctualité des trains de 95 % (trains ayant moins de 5 minutes de retard), en Europe, à horizon 2050.

L’utilisation de nouveaux matériaux


L’utilisation de matériaux innovants pourrait alléger les trains et réduire leur bruit. Ainsi, la généralisation de matériaux composites (superstructures qui seraient amovibles pour donner la flexibilité d’utilisation des wagons) et plus classiquement d’aciers à haute résistance permettrait à court terme d’alléger le train de quelques centaines de kilogrammes. Par ailleurs, l’utilisation de semelles composites LL et K (en test actuellement par l’UIC) conduirait à réduire le bruit de roulement du train de 8-10 dB. D’autres mesures sont également envisageables pour réduire ce bruit, mais elles ont un impact moindre : amortisseurs de roue (1-3 dB), amortisseurs de voie (1-3 dB) et meulage « acoustique » des rails (1-3 dB).