GuidEnR > Hydrocarbures liquides ou gazeux : le cas du stockage souterrain du gaz naturel  
LE BLOG GUIDENR
Conseils pratiques

 

 Actualités :  


LES CLES DU DIMENSIONNEMENT

Ouvrages en commande
Photovoltaïque autonome

Photovoltaïque raccordé au réseau




Hydrocarbures liquides ou gazeux : le cas du stockage souterrain du gaz naturel


Les stockages souterrains de gaz naturel : un maillon essentiel du système énergétique français et de sa sécurité d’approvisionnement



Les stockages souterrains de gaz naturel constituent un maillon vital de la chaîne énergétique. Ils répondent à plusieurs besoins, notamment :
  • garantir la sécurité d’approvisionnement : situés en aval de la chaîne gazière, les stockages permettent de faire face à la défaillance temporaire d’une source d’approvisionnement ou à des conditions climatiques extrêmes. Le volume de gaz stocké en France peut ainsi couvrir trois mois de la consommation française ;
  • ajuster l’offre et la demande de gaz naturel : la consommation de gaz en France est fortement modulée. En effet, les volumes de gaz consommés varient de façon importante selon les périodes de l’année, avec une demande en janvier pouvant être jusqu’à cinq fois supérieure à la demande du mois d’août. Ce rapport est même d’un pour dix entre une journée chaude estivale et une journée froide en hiver. Mais les approvisionnements, dont 97 % sont importés, ne sont ajustables que dans une fourchette limitée. Ainsi, pour assurer aux clients une livraison fiable tout au long de l’année, le gaz naturel est stocké dans des réservoirs souterrains ;
  • favoriser le développement des énergies renouvelables : les stockages souterrains de gaz naturel apportent de la flexibilité très rapidement mobilisable qui est tout particulièrement utile pour les installations de production électrique à partir de gaz. Ces moyens de production électrique peuvent ainsi poursuivre leur développement afin d’accompagner celui des énergies renouvelables, de type éolien ou solaire, en couvrant leurs intermittences.




Trois technologies parfaitement maîtrisées donnant un avantage concurrentiel à la France


Stocker le gaz naturel sous terre est la solution la plus simple, la plus sûre et la plus discrète. Naturellement étanches et situées à de grandes profondeurs, les principales structures géologiques utilisées en France sont des couches profondes formées de roches poreuses saturées d’eau, les « aquifères » ; d’anciens gisements de gaz reconvertis en stockage, les « déplétés » ; ou des réservoirs creusés dans d’épaisses et profondes couches de sel gemme, les « cavités salines ». Les structures géologiques sont reliées à la surface par des puits.

Le stockage souterrain de gaz naturel est un secteur dans lequel la France occupe un leadership mondial. En Europe, sur le plan de la capacité totale, elle se place en troisième position avec environ 13 milliards de mètres cubes de volume utile.

En France, le plus ancien stockage français est celui de Beynes, mis en service en 1956, qui est toujours en exploitation et dont la concession vient d’être renouvelée jusqu’en 2031. Globalement, les opérateurs français exploitent depuis plus de 50 ans un parc de plus de 500 puits, dont la quasi-totalité est encore en activité. Les stockages souterrains sont particulièrement bien insérés dans leur environnement et font l’objet d’une bonne acceptation locale.

Une technologie pouvant être mise à profit pour stocker l’électricité


Le savoir-faire développé autour de la création et de l’exploitation des cavités salines pourra dans les années à venir être mis à profit pour développer le « stockage d’air comprimé » sur le marché électrique, une des solutions envisagées pour stocker de l’électricité.