GuidEnR > Réservoirs de carbone et flux de CO2  
LE BLOG GUIDENR
Conseils pratiques

 

 Actualités :  


LES CLES DU DIMENSIONNEMENT

Ouvrages en commande
Photovoltaïque autonome

Photovoltaïque raccordé au réseau




Réservoirs de carbone et flux de CO2


Cycle simplifié du CO2 au cours des années 1990


Cycle simplifié du CO2 au cours des années 1990
Ce graphique présente : (i) sous forme de flèches, les flux de carbone entre les réservoirs sur la période 1990-1999 en milliards de tonnes d’équivalent CO2 par an ; (ii) entre crochets, la taille des réservoirs en milliards de tonnes d’équivalent CO2 et leur variation sur la période 1750-1994. Réservoirs et flux pré-industriels sont en noir. Ceux qui sont liés au développement des activités anthropiques à partir de 1750 sont en rouge.




Quatre grands réservoirs permettent de stocker le carbone sous différentes formes :
  • atmosphère : CO2 gazeux ;
  • biosphère : matière organique des êtres vivants dont forêt ;
  • océan : calcaire, CO2 dissous ;
  • sous-sol : roches, sédiments, combustibles fossiles.
Les flux de carbone entre ces réservoirs constituent le cycle naturel du carbone, déréglé par les émissions anthropiques de CO2 qui modifient les flux échangés ou en créent de nouveaux (Ex. : combustion des réserves de carbone organique fossile.).

Au cours des années 1990, sur les 293 Gt de CO2 libérés par les activités humaines depuis la biosphère et la lithosphère, l’atmosphère en a absorbé 117 et les océans 80. L’atmosphère est le réservoir le plus affecté par les activités anthropiques : la quantité de carbone absorbée a augmenté de près de 30 % par rapport à l’ère préindustrielle.