GuidEnR > Réseaux électriques intelligents > État des lieux : Eléments de contexte  
LE BLOG GUIDENR
Conseils pratiques

 

 Actualités :  


LES CLES DU DIMENSIONNEMENT

Ouvrages en commande
Photovoltaïque autonome

Photovoltaïque raccordé au réseau




Réseaux électriques intelligents > État des lieux : Eléments de contexte


Contexte mondial et européen


Les systèmes électriques mondial et européen présentent les caractéristiques suivantes :
  • des pointes de consommation électrique qui augmentent régulièrement ;
  • des sources d’électricité renouvelables en croissance mais intermittentes, délocalisées, réparties sur un large spectre de puissance (quelques kW à quelques dizaines de MW) ;
  • une croissance de la demande à moyen terme, notamment avec la poursuite de l’électrification des activités comme l’augmentation du recours aux pompes à électrique en 2050 au niveau mondial selon l’AIE, quelques pourcents en Europe), avec pour corollaire un impact fort sur la puissance appelée instantanée, ainsi que la croissance des usages liés aux TIC. Tous ces éléments rendent impérative une gestion intelligente du réseau, non seulement pour en assurer la qualité de service mais aussi limiter les investissements ;
  • des pays, notamment asiatiques, connaissant une croissance économique et une demande énergétique fortes et dont les infrastructures électriques seront d’entrée de jeu « intelligentes » ;
  • au niveau européen, des mesures et des échanges d’informations qui doivent s’accroître entre gestionnaires de réseaux de transport (cf. l’association européenne des gestionnaires de réseaux de transport d’électricité ENTSO-E, le centre de coordination technique régional CORESO, etc.) afin d’avoir une meilleure connaissance en temps réel du système électrique ;
  • des acteurs économiques majeurs et par ailleurs gourmands en énergie comme les acteurs des TIC et de l’Internet, et qui entendent bien entrer dans le marché de l’énergie avec leur vision « Internet » ;
  • des marchés et des contextes de régulation variés.




Contexte français


Le système électrique français comporte les particularités suivantes :
  • croissance de la thermo-sensibilité de la pointe de la demande électrique (de 1 à 2 GW/°C en dix ans), due en particulier au chauffage électrique ;
  • difficulté à construire de nouvelles infrastructures (lignes très haute tension, THT) pour des raisons de coût et d’acceptabilité. Cela implique d’aller vers un réseau plus réactif, interactif et anticipatif ;
  • risques croissants de blackout pour les deux « presqu’îles » électriques : les régions PACA et Bretagne ;
  • un réseau de transport conçu pour des sites de production massive (centrales nucléaires, hydrauliques, thermiques) et non pour des sources fortement délocalisées ;
  • des pays limitrophes (Allemagne, Espagne) dont la part d’énergies renouvelables intermittentes augmente rapidement ;
  • un besoin d’améliorer la connaissance de l’état en temps réel de la consommation et de la part de la production diffuse sur des réseaux de distribution conçus jusqu’à présent pour gérer des flux d’énergie unidirectionnels.


Quelques objectifs pour les smart grids en Europe


En Europe, les smart grids doivent permettre :
  • d’intégrer massivement les énergies renouvelables sans réduire la qualité de service du réseau ; cela impliquera notamment le développement de stockage adapté en sus de la gestion intelligente de la demande (demand/response) ;
  • d’optimiser l’investissement dans de nouvelles infrastructures en encourageant la production, le stockage, la maîtrise de la consommation électrique et la gestion de cet ensemble à une échelle locale ;
  • de développer simultanément des infrastructures européennes de transport massif d’électricité, notamment Nord-Sud (supergrids) ;
  • de permettre le développement de la mobilité électrique (le scénario de référence du bilan prévisionnel de RTE estime à 5,6 millions le nombre de véhicules électriques et hybrides rechargeables en 2030) et répondre de façon générale à une croissance de la demande électrique (en provenance des TIC, en particulier data centers et serveurs, des bâtiments, de l’industrie, etc.) ;
  • de faciliter les actions de maîtrise de la demande et plus généralement d’efficacité énergétique pour l’ensemble du système électrique ;
  • de limiter le recours aux énergies fossiles ;
  • d’accroître la flexibilité de fonctionnement du réseau et l’interopérabilité entre acteurs du système électrique.