GuidEnR > L’homme et l’effet de serre  
LE BLOG GUIDENR
Conseils pratiques

 

 Actualités :  


LES CLES DU DIMENSIONNEMENT

Ouvrages en commande
Photovoltaïque autonome

Photovoltaïque raccordé au réseau




L’homme et l’effet de serre


Les gaz à effet de serre anthropiques


CO2 CH4 N2O HFC PFC SF6 NF3
Concentration atmosphérique 2010 389 ppm 1 808 ppb 323 ppb 96 ppt 82 ppt 7,0 ppt < 1 ppt
Durée de séjour dans l'atmosphère entre 2 ans et des milliers d'années 12 ans 114 ans entre 0,3 et 270 ans entre 1 000 et 50 000 ans 3 200 ans 740 ans
Pouvoir de réchauffement global (cumulé sur cent ans) 1 25 298 [12 ; 14 800] [7 300 ; 12 200] 22 800 17 200
Origine des émissions anthropiques Combustion d'énergie fossile et déforestation tropicale Décharges, agriculture, élevage et procédés industriels Agriculture, procédés industriels, utilisation d'engrais Sprays, réfrigération, procédés industriels Fabrication de composants électroniques
Modification du forçage radiatif depuis 1750 par les émissions anthropiques (W / m²) + 1,66 + 0,48 + 0,16 + 0,017
Notes : ozone et vapeur d’eau non inclus du fait de leurs cycles complexes. ppm = partie par million, ppb = partie par milliard, ppt = partie par trillion.
Source : Giec, 1er groupe de travail, 2007 et ESRL / NOAA, 2012




Pouvoir de réchauffement global (PRG)


Rapport entre l’énergie renvoyée vers le sol en cent ans par 1 kg de gaz et celle que renverrait 1 kg de CO2. Il dépend des concentrations et des durées de vie des gaz. Ex. : 1 kg de CH4 et 25 kg de CO2 auront autant réchauffé l’atmosphère au cours du siècle qui suit leur émission.

Forçage radiatif (en W / m²)


quantification par rapport à une année de référence (ici 1750) des modifications de radiation, c’est-à-dire d’énergie renvoyée vers le sol, dues aux GES. Une valeur positive indique une contribution positive au réchauffement.
Si le CO2 est le gaz qui a le plus petit pouvoir de réchauffement par molécule, il est celui qui a contribué le plus au réchauffement climatique depuis 1750.

Certaines activités humaines, notamment l’émission d’aérosols, contribuent à diminuer le renvoi d’énergie vers le sol provoqué par les GES mais ne le compensent pas. Ce forçage radiatif négatif est estimé à – 1,20 W / m2 depuis 1750, alors que le forçage radiatif positif des sept GES anthropiques en 2010 est de + 2,81 W / m², en augmentation de 1,2 % par rapport à 2009.