GuidEnR > La filière éolienne en France : point de départ  
LE BLOG GUIDENR
Conseils pratiques

 

 Actualités :  


LES CLES DU DIMENSIONNEMENT

Ouvrages en commande
Photovoltaïque autonome

Photovoltaïque raccordé au réseau




La filière éolienne en France : point de départ


La France compte quelques entreprises sur le marché de la fabrication et de l’assemblage des turbines, qui effectuent un effort important de R & D pour s’assurer une part de marché significative et rattraper les champions du secteur. Vergnet est le leader mondial pour la conception et l’installation d’éoliennes terrestres bipales rabattables, spécialisé dans les éoliennes de moyenne puissance. AREVA a fait l’acquisition du constructeur allemand Multibrid – désormais AREVA Wind – pour se positionner sur le marché de l’offshore et détient déjà plusieurs unités de 5 MW en production en Allemagne. Alstom a fait l’acquisition de l’espagnol Ecotecnia, positionné sur l’éolien terrestre pour créer Alstom Wind.



La filière éolienne est créatrice d’emplois en France, pour la fabrication de pièces et composants d’éoliennes à l’export ainsi que pour l’installation et l’opération de parcs sur le marché national. Plusieurs dizaines d’entreprises produisent des composants vendus aux grands fabricants d’éoliennes étrangers. On peut citer des acteurs très spécialisés, comme Rollix (spécialiste mondial de couronnes d’orientation et roulements spéciaux pour éoliennes), et d’autres, qui ont diversifié leurs activités (Converteam/GE, Leroy Somer pour les génératrices, Mersen pour les balais en graphite, Nexans pour les câbles, Schneider Electric pour le matériel électrique, Ferry Capitain pour des pièces de fonderie, etc.).

Certains acteurs industriels, non spécialisés au départ dans l’éolien, pourraient y voir une possibilité de développement, au regard de leurs compétences : les ports français, les industriels de l’automobile, de la construction navale (DNCS, STX), du ferroviaire et de l’aéronautique (EADS Astrium). Des entreprises de travaux publics se sont spécialisées dans le domaine des travaux de fondation et d’installation (Bouygues, Vinci, Eiffage) et de raccordement électrique. Au total, ce sont une cinquantaine d’entreprises qui sont actives dans ce domaine, auxquelles s’ajoutent les entreprises spécialisées dans la maintenance des parcs. De plus, certaines entreprises françaises, comme Technip, joueront un rôle important dans l’éolien offshore grâce à leur compétence en ingénierie offshore. Pour les navires de pose, on pourrait citer les acteurs DCNS, STX et Louis Dreyfus, entre autres.

Des nouveaux acteurs proposent désormais des services bien spécifiques : prédiction court terme, métrologie, études de participation au marché de l’électricité. Ces sociétés de service ou bureaux d’études représentent ainsi un important potentiel de développement (de diversification ou de reconversion de sociétés déjà existantes). Les ports français et leur tissu industriel se mobilisent aussi pour contribuer au développement de la filière éolienne en mer.

En complément, les éoliennes flottantes constituent un axe de développement important pour la France. Deux prototypes financés avec le concours des Investissements d’avenir sont en fabrication pour des tests à l’eau prévus en 2013.