GuidEnR > Filière bois et environnement  
LE BLOG GUIDENR
Conseils pratiques

 

 Actualités :  


LES CLES DU DIMENSIONNEMENT

Ouvrages en commande
Photovoltaïque autonome

Photovoltaïque raccordé au réseau




Filière bois et environnement


Le bois est une énergie renouvelable par photosynthèse. La quantité de CO2 dégagée lors de sa combustion est comparable à celle produite naturellement lors de sa décomposition, c’est celle qui a été extraite de l’air par photosynthèse.



L’utilisation du bois énergie a un impact positif sur l’environnement forestier, elle contribue à l’entretien de la forêt. L’utilisation du bois énergie permet aussi de valoriser les déchets des industries du bois matériau.

Les combustibles bois demandent une certaine part d’énergie non renouvelable pour leur production et leur transport. Alors qu’il faut 10 à 30 kWh d’énergie fossile pour produire 100 kWh d’agro-carburant, il en suffit de 4 pour produire 100 kWh de plaquette forestière et 9 pour produire des granulés (le séchage étant réalisé avec une énergie renouvelable).

Qu’en est-il du transport ? Quand on voit que des centrales thermiques existantes ou en projet brûlent des granulés provenant d’Amérique du Nord ou du Sud on peut se poser des questions sur l’impact environnemental de cette énergie.

Si l’on prend les chiffres donnés par le très détaillé « Guide des facteurs d’émission » de l’ADEME, on peut calculer que le transport d’un kWh de granulés de bois sur 6 000 km par un bateau récent de 150 000 tonnes émet la même quantité de CO2 (de l’ordre de 2 grammes) que le transport d’un kWh de granulés sur la route dans un camion semiremorque sur 100 km. Sauf erreur de calcul il semblerait que le transport intercontinental de granulés de bois ne soit pas une absurdité du point de vue de la contribution à l’effet de serre.

Plus généralement l’ADEME estime que le chauffage au bois contribue à l’effet de serre :
  • 5 à 6 fois moins que le gaz
  • 11 à 12 fois moins que le fioul
  • 4 à 5 fois moins que l’électricité
Mode de chauffage Emission de gaz à effet de serre
Chauffage bois / bûches 40 g CO2 émis / kWh utile
Chauffage bois / plaquettes 33 g CO2 émis / kWh utile
Chauffage bois / granulés 33 g CO2 émis / kWh utile
Chauffage gaz 222 g CO2 émis / kWh utile
Chauffage fioul 466 g CO2 émis / kWh utile
Chauffage électrique 180 g CO2 émis / kWh utile


Le chauffage au bois produit des déchets : les fumées et les cendres.

La quantité de cendres représente quelque %, voire moins, de la quantité de matière sèche de bois consommée. Les cendres peuvent être valorisées par épandage sous réserve d’une procédure quelque peu contraignante (avec analyse de cendres et suivi) sinon elles sont envoyées à un centre d’enfouissement technique (CET). Les coûts d’élimination des cendres dépendent des distances, des possibilités de stockage qui commandent le nombre de transferts etc. Si elle est possible, la valorisation par épandage est non seulement bénéfique pour l’environnement mais peut être aussi plus économique.