GuidEnR > Les différents types de centrales hydroélectriques et leur contribution à la régulation des systèmes électriques  
LE BLOG GUIDENR
Conseils pratiques

 

 Actualités :  


LES CLES DU DIMENSIONNEMENT

Ouvrages en commande
Photovoltaïque autonome

Photovoltaïque raccordé au réseau




Les différents types de centrales hydroélectriques et leur contribution à la régulation des systèmes électriques




On distingue schématiquement :
  • les aménagements hydroélectriques avec réservoir : ils permettent de stocker de l’eau et donc de produire de l’énergie électrique au moment où elle est la plus utile. Suivant le rapport entre la capacité du réservoir et la puissance installée dans l’usine, on parlera de réservoirs journaliers ou hebdomadaires (« éclusées »), saisonniers (« usines de lac ») ou même interannuels. Dans tous les cas, un point important est que l’on dispose, grâce à ce type d’aménagements, de puissances immédiatement mobilisables pour assurer l’équilibre entre la demande et la production d’électricité et, plus généralement, la régulation du système électrique;
  • les aménagements hydroélectriques « au fil de l’eau ». Ils ne disposent que de très faibles capacités de stockage et produisent donc de l’électricité en raison directe des flux hydrauliques qu’ils reçoivent. À noter cependant que ces flux dépendent des décisions de turbinage prises sur les aménagements avec réservoirs situés éventuellement en amont. D’où l’importance d’une gestion optimale de l’eau, non au niveau d’un aménagement isolé, mais d’une vallée, voire d’un bassin versant ;
  • les stations de transfert d’énergie par pompage (STEP) : elles permettent de monter de l’eau d’un réservoir inférieur vers un réservoir supérieur dans les périodes où le coût de production du système électrique est faible (pompage) pour produire des kilowattheures (turbinage) aux moments où le coût de production du système électrique est élevé, voire aux moments où l’on a impérativement besoin de puissance pour assurer l’équilibre du réseau. Le rendement de telles installations (énergie produite/énergie de pompage) est d’environ 80 %. En France, la capacité des usines de pompage/turbinage est de 4 300 MW environ.