GuidEnR > Bâtiment > L’électroménager et le multimédia  
LE BLOG GUIDENR
Conseils pratiques

 

 Actualités :  


LES CLES DU DIMENSIONNEMENT

Ouvrages en commande
Photovoltaïque autonome

Photovoltaïque raccordé au réseau




Bâtiment > L’électroménager et le multimédia


Beaucoup d’équipements de bureau ou du domicile ne sont pas optimisés en termes de consommation électrique, que ce soit quand ils fonctionnent (moteurs, pompes, etc.) ou quand ils sont en veille. Des capacités significatives d’amélioration de la performance intrinsèque de ces équipements existent, que la généralisation de l’étiquetage énergétique devrait encourager comme ce fut le cas pour le gros électroménager (réfrigérateurs, congélateurs, lave-linge, lave-vaisselle). En effet, l’introduction de l’étiquette-énergie en 1992 pour l’électroménagers a incité les constructeurs à proposer des appareils moins consommateurs d’énergie, ce qui s’est traduit par une baisse réelle de la consommation moyenne d’énergie de ces équipements (qui pâtit toutefois de l’effet rebond visible notamment à travers l’augmentation du volume des réfrigérateurs ou du nombre de cycles des lave-vaisselle).



À l’inverse, la consommation énergétique imputable à l’audiovisuel et à l’informatique a fortement progressé ces dernières années (78 % de plus par rapport à 1995 pour l’audiovisuel), ce qui s’explique en grande partie par l’arrivée de nouveaux produits, la multiplication du nombre d’appareils de ce type au sein des foyers ainsi que par l’augmentation de leur puissance unitaire. La progression de ces usages a annulé les économies réalisées depuis dix ans sur les secteurs du froid ménager, de l’éclairage et du lavage. Une des premières mesures pour limiter cette progression serait de supprimer, chaque fois qu’ils ne sont pas absolument indispensables, les systèmes de veille qui représentent une part significative de cette consommation : en France, la consommation annuelle de veille est estimée en moyenne à 500 kWh/logement soit environ 11 TWh à l’échelle nationale.